10 conseils pour adopter un état d’esprit d’entrepreneur.

10 conseils, état d'esprit, entrepreneur, entrepreneurship

ADOPTER UN ÉTAT D’ESPRIT D’ENTREPRENEUR.

Se lancer dans l’entrepreneuriat c’est poser son empreinte sur le marché en proposant une offre unique. Faire des choix, avoir confiance en soi, chercher conseils… L’aventure entrepreneuriale s’apparente à un véritable voyage semé d’embuches mais surtout d’opportunités. Dans ce premier article, je souhaitais vous partager 10 conseils aussi bien pratiques que psychologiques pour vous accompagner dans votre démarche.

1/ PRENDRE SES RESPONSABILITÉS.

Il me semblait évident de devoir commencer par là car il s’agit à la fois d’un conseil à appliquer mais surtout d’un trait de caractère indispensable à tout entrepreneur et, plus généralement, à toute personne refusant de subir sa vie. Lorsqu’on lance son business, on est en permanence amené à faire quelque chose qu’on ne fait finalement que très peu dans le monde salarial : prendre des décisions. Puisque vous travaillez seul, c’est vous qui prenez les décisions et c’est vous qui aurez le dernier mot. Il est possible que les choses ne se passent pas comme prévu et que des désagréments surviennent. Dans ces cas-là, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même. Cette forte capacité à prendre sur soi le poids d’un éventuel échec se nomme « la proactivité ». Être prêt à accepter toute la responsabilité est une chose qui ne convient pas à tout le monde. Si vous détestez cette idée et que vous préférez trouver des excuses dans les facteurs extérieurs, vous n’êtes pas fait pour l’entrepreneuriat. 

2/ SORTEZ DE VOTRE ZONE DE CONFORT.

Je pense que l’un des piliers d’un mindset d’entrepreneur réside dans la volonté constante de vouloir apprendre plus, de vouloir faire plus et de donner plus. Sauf que c’est bien connu, l’être humain est attaché à ses habitudes, aussi idiotes soient-elles. Parfois, on a conscience d’être dans une situation médiocre mais on s’en accommode car, finalement, cela nous couterait beaucoup trop d’efforts d’en sortir et … que se passerait-il si on s’autorisait à se donner la possibilité de réussir ? D’enfin se lancer dans quelque chose qui nous motive et qui nous anime ? Que se passerait-il si je plongeais dans l’inconnu ? Alors, faites ce que vous n’avez jamais fait et surpassez-vous. Lisez, cultiver vos connaissances, investissez dans des formations, travaillez plus, travaillez mieux… Einstein disait « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

3/ MOBILISEZ VOTRE RÉSEAU.

La création d’une entreprise implique la gestion d’une multitude de compétences, qui représentent des métiers à part entière. Graphisme, rédaction, marketing, comptabilité, droit… Peu de gens sur Terre pourraient se vanter de tout maîtriser. C’est pourquoi il est crucial de savoir s’entourer et de déléguer lorsque cela est nécessaire. Une entreprise à succès, c’est un travail d’équipe avec des gens de confiance !

Pour composer votre équipe, mobilisez votre réseau. Contrairement à ce que l’on croit, le réseau n’est pas un gros mot, c’est tout simplement l’ensemble des personnes que vous connaissez. Le talent peut se cacher en votre voisine ou en l’ami d’un ami d’un ami. Vous trouverez peut-être la solution à votre problème en discutant avec un professeur ou en échangeant avec les parents d’une ancienne collègue etc. J’ai l’intime conviction que les bonnes rencontres ne tombent pas du ciel et qu’il faut se les créer. Avec les réseaux sociaux, demander de l’aide est d’autant plus facile aujourd’hui ! Il existe tellement de canaux de communication différents qui permettent de relayer votre demande. Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn… Le réseau n’a pas de limite et si vous l’exploitez bien, vous avancerez plus vite grâce à vos contacts et aux opportunités que vous aurez provoquées.

4/ CAPITALISEZ SUR VOTRE ENTOURAGE BIENVEILLANT. 

En parallèle de votre équipe opérationnelle, vous aurez besoin de vous entourer dans votre quotidien de personnes loyales et stimulantes. J’espère que vous le savez déjà mais l’aventure entrepreneuriale est une expérience extrêmement riche qui s’apparente à des montagnes russes émotionnelles. Attendez-vous à vivre des phases de joies et de stress intense dans une même journée : incident technique, contrat décroché, appel d’un client mécontent, validation d’un prêt… C’est pourquoi il est crucial que votre entourage soit un vrai noyau dur qui vous soutienne, qui vous comprenne et qui partage vos ambitions. Qu’on le veuille ou non, les êtres humains sont sensibles à l’influence sociale, si bien que le célèbre conférencier Jim Rohn s’amuse à dire que nous sommes la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Ainsi, si vous vous entourez d’entrepreneurs à succès et de personnes inspirantes, vous aurez plus de chance de devenir vous-même un entrepreneur à succès car ils vous tireront vertueusement vers la réussite.

Attention, je ne dis pas qu’il faille devenir opportuniste ou snob envers votre entourage actuel ! En tant qu’entrepreneur vous aurez aussi bien besoin de personnes qui puissent vous aider techniquement parlant mais vous aurez également besoin d’amis solides et de confiance qui vous aideront à avancer tant ils sont bienveillants et vous soutiennent émotionnellement.

5/ RÉJOUISSEZ-VOUS DE LA CONCURRENCE.

Une erreur très fréquente est d’avoir peur d’affronter la concurrence. Or, c’est un bon signe que le marché soit ouvert car cela signifie que vous tentez de répondre à un besoin qui existe. Arriver après constitue même un avantage puisque contrairement aux premiers sur le marché, vous n’avez pas à vous demander si la demande est réelle ou si la société acceptera votre produit/service. Il y a beaucoup d’exemples de produits qui ont fait un flop car ils étaient simplement trop révolutionnaires pour leur époque. Le Picturephone par exemple, est une cabine téléphonique créée en 1964 par le géant de la télécommunication AT&T. Trente-neuf ans avant Skype, cette cabine permettait déjà de passer des appels vidéos et pourtant elle n’a jamais pu s’imposer comme référence en raison de son prix trop élevé car Internet n’était pas encore démocratisé (https://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/1964-le-picture-phone-ancetre-de-facetime/).

 

De plus, être présent en premier sur le marché ne signifie pas « être le meilleur ». Faites connaissance avec votre concurrence, analysez-la et trouvez votre place sur le marché. Trouvez ce qui va vous différencier, ce qui va être votre ADN et qui fera que les gens viendront vers vous. Apportez l’amélioration qui va répondre à un segment de clientèle négligé jusque-là. 

 

On m’a souvent découragé lorsque j’évoquais ma volonté d’ouvrir ma propre entreprise dans le secteur de la communication. Combien de fois ai-je pu entendre « c’est un secteur saturé » ou « il y a déjà X acteurs sur le marché » ? Si Rihanna avait écouté ces pensées négatives et laissé sa peur prendre le dessus, elle n’aurait jamais lancé sa marque de maquillage Fenty Beauty puisque le marché du maquillage est un marché ultra concurrentiel avec une offre abondante. Et pourtant, aujourd’hui Riri a incontestablement révolutionné le marché. Contrairement à ce qu’il se dit souvent, l’offre produit existait déjà – des marques proposaient (déjà) une large diversité de teintes de fonds de teint. Pourtant, Fenty Beauty a bien révolutionné les codes et les standards de beauté en incluant dans chacune de ses campagnes de publicité, des femmes et des hommes que l’on pourrait croiser dans la rue et donc qui nous parlent.

6/ OSEZ ÉVOLUER.

De manière générale, la majorité des personnes souffrent de ce qui est appelé le syndrome du rétroviseur c’est-à-dire qu’elles laissent des vérités passées dicter leur futur, ce qui les empêche d’évoluer et de se lancer. Pourtant, chaque réveil est une opportunité de changer ce qui ne nous plaît pas. Les choses ne sont pas immuables et chaque matin, nous pouvons évoluer et entreprendre de nouvelles compétences.

Le danger lorsqu’on laisse les voix du passé nous guider, c’est de perdre confiance et d’avoir peur de se jeter dans le vide. Le problème ici est qu’on finit par faire du sur place. Dans ces situations, je vous conseille d’y aller franco et d’employer les grands moyens : se mettre volontairement un coup de stress pour se retrouver au pied du mur. C’est ce que j’ai fait récemment car je n’avançais plus. Un soir, Vanessa – ma conseillère juridique – m’a appelé pour me dire que tout était prêt et qu’elle n’avait plus qu’à appuyer sur le bouton pour lancer la publication de l’organisme de formation aux registres publics. J’ai hésité et je lui ai demandé de publier. J’ai immédiatement su que cela allait me mettre une pression supplémentaire, une bonne pression qui permet d’avancer plus efficacement et plus vite dans la création de contenu. Finalement, je n’ai jamais été aussi productive que pendant ces derniers instants. Alors au lieu de vous répéter que vous vous lancerez quand vous serez prêt, je vous conseille d’adopter le credo suivant : « Start before you’re ready ».

7/ ARRÊTEZ DE TROP RÉFLÉCHIR ET AGISSEZ.

Évidemment, il y a des situations qui nécessitent de réfléchir et des décisions difficiles à prendre à tête reposée. Mais bien souvent, on n’agit pas en utilisant le fameux prétexte « je réfléchis ». Cela vous fera perdre du temps, beaucoup trop de temps ! Je sais que c’est un conditionnement d’autant plus difficile pour les personnes qui font preuve d’un perfectionnisme maladif – car je souffre moi-même de cet handicap – mais parfois la meilleure des choses à faire est de tout simplement se lancer dans le vide ! Pour vous donner un exemple concret, j’ai moi-même monté mon site internet et crée le logo. Je n’étais pas forcément fière du résultat mais je me suis faite violence et j’ai tout de même publié. Sur le moment, c’était un supplice car j’aime quand les choses sont parfaites. Très vite, je me suis rendue compte que les choses n’étaient pas immuables et que je pourrai toujours revenir sur les détails qui me tracassaient plus tard. Rien ne m’empêchait d’améliorer et de faire évoluer mon site. Le plus dur est selon moi de poser la première pierre. Une fois la machine lancée, vous ne pouvez plus vous dérober.

8/ NE DOUTEZ PAS DE VOTRE LÉGITIMITÉ.

Lorsqu’on veut lancer son business, on a souvent tendance à considérer à la baisse notre niveau d’expertise. On se compare aux autres et surtout aux géants du marché. Alors, on commence à sous-estimer ses compétences et on se demande à répétition : « et si je n’étais pas légitime ? ». Puis le doute s’installe et les remises en question viennent par wagons : « je n’y connais rien en logistique, je ne pourrai jamais réussir », « je ne sais pas quelles sont les règlementations dans ce domaine, je n’y arriverai jamais »… Pour rappel, ne pas connaître l’intégralité des aspects de votre métier ne doit pas être un frein. Ne vous polluez pas avec un sentiment de culpabilité. Vous avez des choses à apporter ! Puis rapportez-vous au 1er point : demandez de l’aide et déléguez.

De plus, je crois sincèrement que personne n’est jamais totalement prêt. Personne ne pourrait se targuer de tout connaître et de tout maîtriser. Et je pense qu’un des credo fondamental de l’esprit entrepreneurial est d’accepter que le processus d’apprentissage soit sans fin. 

9/ PRÉPAREZ-VOUS À NE PAS COMPTER VOS HEURES À RENCONTRER DES ÉCHECS. 

Le mode entrepreneurial n’est en rien semblable au monde salarial. Préparez-vous à ne plus avoir de cadre, de consigne ou de directive puisque vous êtes votre propre patron. Très vite, vous allez entrer dans un tourbillon incessant avec l’impression de voir les jours défiler à une vitesse grand V. En contrepartie, vous aurez la satisfaction et la fierté de travailler pour vous-même. C’est vous qui récolterez les fruits de votre travail.

Avant cela, vous aurez besoin de trouver votre rythme et votre organisation de travail. Soyez vigilants sur votre horloge biologique, vos (réels) besoins de sommeil, les heures durant lesquelles vous êtes le plus productif, l’environnement de travail dont vous avez besoin pour être performant. Et TRAVAILLEZ ! Cela reste le nerf de la guerre, la clé du succès. Néanmoins, soyez bienveillant avec vous-même et restez vigilant aux signaux d’alertes que vous envoie votre corps. A trop tirer, vous risquez de perdre le goût, la passion et la créativité.

10/ L’ÉCHEC EST UN CONCEPT QUI N’A PAS DE RÉALITÉ.

Il est certain que vous allez essuyer ce que l’on appelle communément échec (qui n’en sont en réalité pas). Mais, qu’est-ce qu’un échec ? L’échec a une dimension définitive, d’une chose qui prend une dimension finie. Or, à part la mort, rien n’est définitif. Le champ des possibles reste encore à votre portée, nous n’avons pas un nombre d’essais limité. D’ailleurs, Marcel Proust disait : « il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs ».

Interrogez-vous sur ce qui vous fait vraiment peur. Est-ce vraiment votre propre échec que vous craignez ou le regard que les autres vont porter sur cet échec ? C’est dur de l’admettre mais la majorité de nos peurs reposent sur l’avis des autres. Quelles inepties ! De plus, ce qui peut paraître une situation d’échec sur le moment peut être le terreau de belles réussites qui ne se concrétiseront que plus tard. Souvenez-vous… Le chemin vers le succès n’est pas toujours teinté de glamour et de strass.

 

Leave a Reply